Ovide

Primary tabs

(43 av. J.-C.-v. 17 apr. J.-C.), po√®te latin, auteur de l''Art d''aimer, qui exer√ßa une influence consid√©rable dans la civilisation occidentale depuis le Moyen √āge jusqu''√† l''√©poque classique. Ovide, Publius Ovidius Naso de son nom latin, naquit le 20 mars de l''an 43 av. J.-C. √† Sulmo (de nos jours Sulmone), dans les Abruzzes, au sein d''une famille de rang √©questre. Apr√®s des √©tudes de droit √† Rome, qui lui permirent d''exceller dans l''art de la rh√©torique, il consacra l''essentiel de son talent √† la po√©sie. Ayant h√©rit√© du bien paternel, Ovide partit achever ses √©tudes √† Ath√®nes, puis voyagea en Gr√®ce et en Sicile. D''abord appr√©ci√© des sph√®res influentes de Rome et prot√©g√© par l''empereur Auguste, il vit pourtant sa situation changer radicalement en l''an 8 apr. J.-C., lorsqu''il fut exil√© par l''empereur √† Tomes (de nos jours Constantza, en Roumanie). Selon le po√®te lui-m√™me, le courroux imp√©rial √©tait survenu √† la suite de la publication de l''Art d''aimer. En effet, ce manuel de s√©duction au contenu grivois avait pu d√©plaire √† Auguste, alors soucieux de restaurer la morale √† Rome. Mais cela ne fut sans doute qu''un pr√©texte pour √©vincer Ovide : des motifs politiques et religieux furent certainement √† l''origine de la condamnation du po√®te √† l''exil. Ovide, cependant, ne fut pas d√©chu de sa citoyennet√© comme cela √©tait souvent le cas des exil√©s : il esp√©ra toujours √™tre r√©habilit√© ; en t√©moignent les nombreux po√®mes qu''il composa de son lieu d''exil. Toutefois, malgr√© ses supplications et celles de ses amis, il ne put jamais quitter Tomes ; il y mourut en l''an 17 en citoyen respect√© et honor√©.

"Elles viennent pour voir, elles viennent aussi pour être vues."

"Celui qui a pu conquérir un baiser et qui ne conquiert pas le reste, mérite de perdre ce qu''il a gagné."

"Elle ne pèche pas, celle qui peut nier avoir péché; seul l''aveu d''une faute la perd de réputation."

"Il (Dieu) a donné à l''homme un visage levé vers le ciel."

"Je vois le bien, je l''approuve et je fais le mal."

"La femme chaste est celle que nul n''a sollicitée."

"Les années nous viennent sans bruit."

"Nous sommes lents à croire ce qui fait mal à croire."

"O temps rongeur, et toi, envieuse vieillesse, vous détruisez tout!"

"On ne d√©sire pas ce qu''on ne conna√ģt pas."

"Que les femmes donnent ou refusent, elles sont toujours heureuses qu''on leur demande."

"Un naufragé garde l''horreur des flots, même tranquilles."